Témoignage de Céline

Mon témoignage est une lettre adressée au Seigneur :

Seigneur, je me tiens aujourd’hui devant toi pour te demander PARDON, pardon de t’avoir rejeté si fortement. Tu connais ma vie, tu sais toutes mes souffrances … Après le suicide de mon père, qui prenait soin de moi, qui m’aimait, je me suis peu à peu renfermée sur moi-même. Pire encore, j’ai été agressée, sans que personne ne bouge… J’ai subi l’inceste, mais tu sais tout cela Seigneur.

À l’adolescence, j’ai commencé à te prier différemment. Je te demandais de reprendre ma vie, de la donner à quelqu’un qui désirait vivre, mais cette prière est restée sans effet. Je me suis tournée vers la voyance pour savoir où j’allais ; j’ai même essayé de communiquer avec mon père défunt. Je prenais du cannabis pour me détruire volontairement mais bizarrement cela ne m’a jamais rien fait. Je me scarifiais les bras à l’aide d’un cutter, j’avais besoin de ces blessures physiques pour oublier ma souffrance morale.

Je me suis ensuite tournée vers la religion bouddhiste, j’ai appris des quantités de mantras par cœur pour rechercher la paix intérieure mais jamais je ne l’ai trouvée, bien au contraire. Je n’arrivais pas à vivre dans le réel, mais je me réfugiais dans mes rêves. Mes pensées étaient souvent destructrices et négatives.
A 20 ans, je suis devenue maman. Chacune de mes grossesses comblait un peu le vide qui était en moi. Mais un jour, je me suis sentie si coupable et déprimée que j’ai fait une tentative de suicide, et que je me suis retrouvée aux urgences. La solution pour que je supporte la vie était d’avaler chaque matin une quantité de médicaments. Et un jour Seigneur, tu as mis sur mon chemin un homme. Un médecin. Il a guéri une partie de mon être, m’a désintoxiquée des médicaments, mais il n’a jamais comblé le vide en moi, ce vide si profond. Car malgré tout, la médecine a ses limites, alors que toi, Seigneur, tu n’en as pas !

Enfin, un jour de mai 2014, j’ai rencontré une personne qui a commencé à me parler de Jésus. Jésus, je connaissais, j’avais eu une éducation catholique, alors sincèrement, je n’accrochais plus, jusqu’au moment où cette personne m’a affirmé : « Céline, je suis sûr que Dieu vous cherche ». Je sortais d’une intervention à domicile et cette simple phrase a résonné tout au long de mon trajet. J’ai commencé à me dire : « Dieu me cherche, c’est la meilleure… Il voit tout, il sait tout et il me cherche, je ne suis tout de même pas transparente à ce point ! On m’a toujours dit que j’étais quelqu’un d’effacé mais tout de même… » À ce moment-là, toujours en conduisant, j’ai tapé sur mon volant et j’ai crié : « Pourquoi me cherches-tu ? Je suis là, tu ne me vois pas ? Si tu me cherches vraiment alors viens, je t’attends… » Cette nuit-là, je n’ai presque pas dormi. J’essayais de comprendre pourquoi tu me cherchais Seigneur… Quelqu’un de mieux, oui ! Mais pas moi ! Que pouvais-je bien t’apporter ?

Je me suis rendue ensuite à une première réunion un vendredi soir et là, le Pasteur OUVRARD que je n’avais jamais vu auparavant s’est mis à raconter ma vie ! Je me suis dit qu’il avait dû se renseigner sur moi, sinon ce n’était pas possible, et j’ai commencé à me demander où j’avais mis les pieds. Mais la personne qui m’avait emmenée à cette réunion m’a expliqué que cela arrivait souvent. Le Saint-Esprit guidait le Pasteur.
Je suis revenue un dimanche, et là, j’ai reçu une nouvelle claque, car le Pasteur a prêché sur le suicide. Je n’ai fait que pleurer, sans pouvoir me contrôler… J’ai voulu sortir mais au moment où j’allais me lever, une personne est venue s’asseoir juste à côté de moi, et je n’ai pas pu prendre la fuite ; je pense que tu voulais que je reste jusqu’à la fin.
Au fur et à mesure que je suis retournée à l’église, j’ai pris conscience que quelque chose changeait en moi. J’attendais impatiemment le vendredi soir, cela devenait presque vital et plus je venais, plus je sentais une paix intérieure m’envahir. Cette paix tant recherchée était là, en la personne de Jésus. J’avais besoin d’entendre ta parole et surtout d’être entourée par les frères et sœurs… Cependant, je n’osais pas croire que cela était si simple, mais tu l’as dit toi-même Seigneur, « Je suis le chemin, la vérité et la vie. »
Seigneur, pour te montrer que je voulais vraiment te suivre, j’ai pris la décision de jeter ou de brûler tous mes livres ésotériques, mon tarot, mon pendule et mes statues représentant différentes divinités.

Oh, je ne prétends pas que tous mes soucis se sont envolés, que toute ma vie est devenue miraculeusement heureuse, ce serait mentir. Du reste, j’ai même divorcé depuis. Mais désormais je ne suis plus seule, je peux me décharger de mes fardeaux dans la prière, tu es là Seigneur toujours présent, tu m’écoutes, tu me corriges, tu me façonnes et je t’en suis reconnaissante. J’ai vu le travail que tu as accompli en moi Seigneur, et il en reste encore ! Je ne sais pas pourquoi j’ai dû passer par toutes ces épreuves, mais aujourd’hui, chose impensable il y a encore quelque temps, je te remercie de m’avoir donné la vie. J’ai trouvé la paix. Je ne cherche plus à forcer les choses. J’ai confiance en toi Seigneur car je sais que tu veux le meilleur pour moi. J’ai perdu mon père physique que je croyais irremplaçable, mais j’ai trouvé un Père spirituel qui m’aime comme je suis et que je ne veux pas décevoir. Le jour où j’ai pris conscience de ton amour pour moi Seigneur, le vide profond qui était en moi a été comblé et je désire que tu continues à me remplir chaque jour.
Merci Père pour ta grande patience, merci de nous avoir donné ton Fils unique. Permets Seigneur que ce témoignage puisse aujourd’hui aider quelqu’un car ce que tu as fait pour moi, tu veux aussi le faire pour d’autres !

Un Commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *